Mot du promoteur

Il est de bon ton dans ce genre d’aventure, de défi, d’entretenir et d’éclairer l’opinion sur les causes premières et

Nous relaterons aussi les circonstances et le contexte dans lequel le déclic de l’idée, la pensée originelle et originale a surgi dans notre conscience, a pris forme, a envahi notre être et s’est imposé à nous comme une vision, une mission  à accomplir au point de lui donner  corps, et modeler  sa forme, l’organisation et son dimensionnement  actuel et futur.

Enfin, après avoir expliqué le pourquoi  des termes chrétien et complexe dans notre dénomination, nous vous livrerons l’ambition que nous assignons à ce nouveau « bébé » qui a vocation à nous survivre, d’atteindre et de demeurer au sommet de la concurrence, aussi longtemps que la Providence Divine le voudra, quoique nous ne ménagerons ni nos forces, ni notre temps, ni notre énergie pour l’accomplissement de l’idéal de ce projet, dans le strict respect de notre ligne éditoriale[1]et en toute cohérence avec notre Charte[2].

Permettez-moi donc de vous apporter un éclairage sur la conviction profonde, intime qui me guide en tant que promoteur principal du projet dont le Seigneur Jésus patron du projet[3] est la Pierre  angulaire, dans un environnement, qui peut s’illustrer par le tableau ci-après et qui répond à la question :

Quelle est notre analyse du secteur de l’audiovisuel en rapport avec l’état social et moral du pays ? Notre diagnostic

 

 

En effet, le secteur de l’audiovisuel au Cameroun est en pleine mutation concrétisée par la promulgation de nouveaux textes de lois, et l’arrimage au numérique, à la télévision numérique terrestre. Cette double mutation offre ainsi des opportunités nouvelles et prometteuses dans le domaine de la production en général. Et aussi, traduit la volonté de l’Etat de définir de nouvelles règles de jeu qui promeuvent de nouvelles filières d’activité exerçant dans un environnement concurrentiel, de densifier et maitriser les contenus s’agissant de l’offre nationale, dans le but de défendre l’identité et le rayonnement du Cameroun.

 

Par ailleurs, en prenant en compte la situation morale préoccupante de notre société dont la déliquescence n’est plus à démontrer, ainsi que le contexte mondial, global actuel, nous observons qu’un certain nombre de valeurs influencent, régissent ou dominent les activités, les œuvres audiovisuelles, les mentalités, les cultures... Ce qui induit une uniformisation et généralisation de la pensée dite "unique″, dominante à l’échelle mondiale. Elle se caractérise par l’exacerbation du culte de l’argent et des richesses matérielles, l’hyper-promotion de l’égo et de l’individualisme, du sexe, du corps et de l’eugénisme, de la consommation effrénée par l’effet « mode » et ce, à tous les stades du développement humain. Avec pour conséquence majeure dans nos pays en voie de développement le recul du chemin de la Vertu, la perte de l’estime / fierté, de la confiance en soi  et dans les Institutions de la République de la jeunesse fer de lance de la Nation et des masses laborieuses qui ne croient plus en la réussite individuelle ou collective par les études, le travail ou l’entreprenariat comme moyen normal de création des richesses, d’insertion et d’ascension sociale. Pour preuve, des multitudes innombrables de jeunes africains au péril de leur vie, après avoir bravé viols, braquages, séquestrations, arnaques… pour certains, trouvent la mort par milliers dans les déserts, mers et océans, à la recherche d’un monde meilleur, fuyant des maux tels que: misère, guerre, calamités naturelles, dictature, mauvaise gouvernance, engendrées en partie par des élites pour la plupart, sans foi ni loi vertueuse, corrompues et prédatrices, et qui n’ont de cessent, que d’asservir les masses afin de mieux se servir, d’amasser à tout prix, et à tous les prix les richesses matérielles. Et ce, avec la complicité parfois active des brebis galeuses hauts placés dans la hiérarchie du clergé religieux officiel.

Le déclic, notre offre de solution et raison d’être

du complexe culturelle chrétien

 

Face à ce triste et macabre spectacle continuel, l’Homme frère ému de compassion s’interroge. En tant que chrétien, citoyen du monde, homme politique, entrepreneur, père de famille, l’on s’interroge : que puis-je faire pour endiguer ce fléau  qui frappe la jeunesse Africaine ? Comment stopper l’hémorragie de la précieuse et fragile sève africaine, de la déperdition de la vitalité Continental ? Devons nous considérer cette situation comme une fatalité ?

Le déclic me vient lors d’une méditation biblique dans le passage de Marc [4] 8 : 1-4 ; 6 :37, de l’injonction du Seigneur Jésus, face à une foule de plusieurs milliers de personnes  affamée, semblable à un troupeau sans berger,  après trois journées  sans manger ni boire en plein désert d’Israël en quête de salut...  C’est-à-dire en situation de rareté absolue de ressources et une inflation de la précarité des masses laborieuses indigentes, pauvres et malades. C’est dans ce contexte masse des indigents, pauvres, malades. C’est dans ce contexte[5] grave, explosif, que, le Maître[6] Jésus enjoint et ordonne à ses disciples[7]  de trouver instamment la solution, je cite : « donnez leur vous-même à manger ». Un slogan ? bien plus, tout un programme ! Une mission de la plus haute importance que le complexe culturel chrétien se charge d’actualiser, d’implémenter, et autant que faire ce peut la mettre en musique dans toutes ses dimensions.

En effet, cette injonction, cet ordre n’est certainement pas fortuite, anecdotique, encore moins une recommandation ordinaire.

Car Jésus lui-même confronté une seconde fois à une situation analogue à celle qui précède, s’ouvre à ses disciples sur la  profonde émotion et la compassion que suscitent en lui ces milliers de personnes affamées, parfois venues à pied de très loin et qu’ils faut instamment soigner, guérir et nourrir après les avoir enseignés. Ces foules dit-il, sont  semblables à des brebis sans berger. Le Maître Jésus, au delà de sa compassion, partage à ses disciples son inquiétude de relâcher ces foules à jeun, car ils peuvent défaillir.

Mais curieusement les disciples, face à cette attitude spirituelle positive adoptent une réaction purement charnelle, négative. En effet, Ils confessent platement leur impuissance, suite à une analyse, une approche purement comptable et rationnelle qui n’a rien à envier à la rationalité cartésienne d’aujourd’hui.  Je cite les disciples : « comment pourrait-on les rassasier de pains ici dans un lieu désert ? ». A titre de comparaison, les disciples d’aujourd’hui réagiraient-ils différemment ? Comment va réagir le Maître Jésus ?

Cette fois ci, en guise de réponse devant servir de leçon de probation ou de rattrapage pour ses disciples, le Seigneur lui-même opère à nouveau une action de salut au bénéfice de la foule. Jésus lui-même fait le travail et implémente une solution identique à la précédente : multiplication des pains et des poissons pour nourrir instamment les milliers de personnes affamés depuis plusieurs jours. A ce stade, l’on pourrait raisonnablement s’imaginer que la leçon du maître a été apprise, et retenue par les disciples… Hélas non ! La suite des évènements nous certifiera du contraire. 

Car lors d’une tout autre circonstance, les disciples à nouveau face à une situation critique relative à l’absence de nourriture pour leur groupe constitué du Maître et ses disciples. Suite à l’oubli par ces derniers de prévoir des provisions pour leur séjour, en mission d’évangélisation, ils vont révéler, leur peu de foi, étaler publiquement leur lacunes et insuffisances spirituelles voir Marc 8 :10-13.[8]  

En effet, le Maître Jésus saisissant l’opportunité du vif débat qui l’opposa quelque temps au paravent aux Pharisiens et au cour duquel il leur refusa sèchement un signe, estimant qu’ils étaient venus avec malice et mauvaise foi l’éprouver ; Et, afin donc de capitaliser sur le débat qui précède et d’éléver le niveau de connaissance et de conscience de ses  disciples, Jésus leur donne cette recommandation en forme de mise en garde solennelle fort opportune et capitale pour leur croissance spirituelle je cite : « gardez vous avec soin du levain des Pharisiens et du levain d’Hérode » voir Marc 8 : 15 [9].

A cette préoccupation spirituelle majeure qui s’adresse  à tous, y compris les disciples du Maître Jésus relative au nécessaire changement de logiciel, d’enseignement, de pratiques et  de paradigmes, indispensables pour porter du fruit et par conséquent être une solution partout où l’on se trouve. Les disciples, comme tout homme charnel, comme tout bon rejeton de la logique cartésienne actuelle, réagissent cette fois encore  par des considérations et interprétations purement comptables, matérielles, cartésienne fort peu à propos. A cet  effet, il est écrit « les disciples raisonnaient entre eux, et disaient : c’est par ce que nous n’avions de pains » Marc 8 : 16[10] ; S’en est trop, le comble de la mesure de leur insuffisance et lacune est atteint, le Maître se doit de recadrer, de redresser, afin de sortir les disciples de leur confusion, du carcan mental, de la « prison » dans laquelle ils sont emmurés.

Avant que d’aller plus en profondeur dans l’analyse du recadrage, le redressage du Maître afin que les disciples connussent la vérité et que cette dernière les affranchissent.  Résumons le contexte global de cette époque, caractérisable ainsi :

1.     Sur le plan économique : par la rareté des ressources : le territoire d’Israël est essentiellement une étendue désertique, sans grande ressource naturelle tel que les pays du désert du Golf persique à l’exemple de l’Arabie Saoudite…

2.     Sur le plan social : les masses laborieuses sont sujettes à la pauvreté, l’indigence, la mendicité, l’abondance des maladies et des infirmités : cécité, surdité, handicap et impotence des membres moteur…

3.     Sur le plan politique, mental et psychologique : Les mauvais enseignements et pratiques des Pharisiens, Sadducéens et d’Hérode que symbolise le levain, diffusé et animé par le clergé religieux officiel avec la complicité de l’élite politique dominante, influence, régie tout le système plombent et anesthésient la société.

4.     Sur le plan religieux : le clergé religieux officiel dominé par les Pharisiens, les Sadducéens… a rejeté la pierre d’angle et ses exigences de justice, de miséricorde, d’amour, joue un rôle prépondérant dans la société.

5.     Sur le plan spirituel : l’immaturité des disciples se traduisant par leur l’incapacité à discerner l’essence, la réalité spirituelle des choses dans les actions et les opérations du Maître Jésus.

6.     Profonde sensibilité, préoccupation et compassion de Jésus face à la pauvreté, la maladie, la souffrance… bref à la condition humaine en générales et celle des laissés pour compte de la société en particulier. La miséricorde de Jésus se manifestant à sa constante disponibilité d’apporter une solution quotidienne comme solution spécifique[11] à ce type de problème. D’où la récurrence dans le discours du Maître des paroles telles que : « donne nous notre pain quotidien »,  « donner leur vous-même à manger », « demandez et vous recevrez, frappez… ».

Permettez nous d’apporter à ce dernier sujet, à la lumière du contexte global qui précède, notre éclairage par l’étude croisée et approfondie des versets

Luc 12 :1[12]; Marc 6 :30-40[13] ; 8 :1-9[14]  8 :13-20[15] ; 3 :1-6[16]  Math 16 : 5-12[17].

 Ces versets dégagent un certain nombre de constances permettant :

1.     De mieux définir et caractériser le levain, l’esprit des Pharisiens, des Sadducéen et de Hérode qui régnait et par conséquent influençait le cours des évènements à l’époque de la vie terrestre de Jésus.

2.     Mettre en lumière la permanence de cet esprit[18] qui perdure jusqu’aux temps actuels car consubstantiel à l’homme naturel, quelque soit l’époque.

3.     Montrer que, nonobstant quelques nuances de formes, mais dans le fond, l’environnement tant économique, moral, spirituel, social, mental… que politique de l’époque de Jésus  dans sa vie terrestre est identique à notre époque car il y’a rien de nouveau sous le soleil, ce qui est a déjà été, ce qui sera demain est aujourd’hui. Et par conséquent,

4.      Les mêmes recommandations de Jésus à cette époque sont encore tout aussi valables actuellement et le seront tout aussi  assurément demain, tant l’homme naturel ne change pas fondamentalement dans la durée, quand il est abandonné à lui même.

Comment pouvons-nous caractériser : le levain des Pharisiens

et Sadducéens, puis le levain de Hérode,

 

 

Le levain des Pharisiens et Sadducéens ou esprit des pharisiens et Sadducéens qu’on peut  résumer comme l’ensemble des mauvais enseignements, pensées et pratiques se caractérisable par :

-         hypocrisie - mauvaise foi - incrédulité - doute - endurcissement du cœur dans l’erreur et la bêtise – insensibilité spirituelle : accoutumance à l’immoralité, aux déviances, au mal, bref au péché – insensibilité à l’altérité : l’indifférence au sort, à la difficulté et souffrance des autres,  à l’indigence, à la pauvreté, à la maladie – conspirateur – comploteur - auditeur oublieux - meurtrier.

En réalité toutes les caractéristiques du levain des Pharisiens et Sadducéens sus évoquées sont consubstantielles à l’homme naturel et contribuent à abaisser, à fragiliser et tirer vers le bas le potentiel[19] d’un individu ou d’une société. Ils constituent ce que l’Apôtre  Paul appelle le vieil homme. Ils sont un obstacle à l’épanouissement moral et spirituel et l’émergence intégrale et holistique d’un individu, d’une nation, d’un Continent.

Vous en conviendrez avec moi que cet état esprit, cet esprit, cette mentalité est toujours d’actualité de nos jours. A notre entendement elle représente une « forteresse »[20] enfermant l’homme en général, et le disciple en particulier dans un carcan, une prison qui l’empêche de se vastifier, de s’émanciper !

Tandis que le levain d’Hérode[21] traduit la permanence, la perpétuation, la reproduction de la pensée et les méthodes du pouvoir politique dominant concourant à assujettir la population. L’esprit d’Hérode, qui se transmet de génération en génération est caractérisé par :

- duplicité - dérision - hypocrisie – opportunisme - cruauté - insensibilité à l’altérité - la manipulation.

Hérode cherche à faire plaisir au peuple et non à trancher ou gérer selon la justice et l’intérêt de ce dernier. A l’époque du temps de Jésus, Hérode, représentait le pouvoir étranger, la force impériale dominante, en charge de maintenir dans le giron de l’empire de Rome les royaumes vassaux /suzerains/… Aujourd’hui il est le prototype du pouvoir colonial  d’avant les indépendances des pays africains qui a transmuté de nos jours  en un pouvoir néo colonial. Cet état d’esprit et cet esprit agissent dans toutes les dimensions : intellectuelle, académique, mentale, pschycologique, matérielle, …de manière très organisé, occulte, discrète et subtile, à l’échelle mondiale, mais avec un réel impact dans l’asservissement et le maintient par une main de fer des Etats Africains dans la dépendance, la soumission à l’ordre actuel des choses.

Il est manifeste que le pouvoir politique dans nos Etats  ne travaille pas nécessairement dans le sens de la défense et la perpétuation de l’intérêt général.

Le clergé  religieux officiel actuel, privilégie ses accointances et ses trafics avec l’élite politique dominante. Certains évènements contemporains tragiques récurrents ne venant que fort opportunément nous le rappeler et nous conforter dans nos convictions.

Il est évident pour tout esprit lucide, de bonne foi, et au regard des tragiques évènements qui ont cours en son sein, que ce clergé religieux officiel, tout au moins certains de ses éminents dirigeants, ont rejeté la pierre angulaire de l’édifice chrétien (le Seigneur Jésus) avec ses exigences inaliénables, immuables de justice, miséricorde, d’amour comme le fîtes naguère le clergé religieux officiel Pharisien.

Il est manifeste pour tout observateur attentif et impartial qu’il y a, en ces temps d’aujourd’hui la même accoutumance au mensonge, au mal, au vice, bref une véritable appétence au péché.

Les élites politique, administrative sous nos tropiques ne pensent qu’à accumuler et jouir ostensiblement les richesses matérielles et satisfaire leur égo.  Ces élites se livrent à une concurrence effrénée pour l’enrichissement illicite à tout prix et à tous les prix, et sont les complices objectifs et opérationnels de la promotion du soft power[22], de la pensée unique[23] par les lobbys antireligieux en général et anti christs en particulier sous tous les cieux de la planète.

Mécanisme fonctionnel de domination et d’asservissement

 

Nous pouvons résumer le mécanisme à l’œuvre depuis les temps anciens se perpétuant en prenant les formes qui de l’époque par :

~       Un pouvoir impérial  dominant, à l’époque siégeant à Rome. Aujourd’hui Rome s’est  démultiplié en : Paris, Londres, Bruxelles, Washington.

~       Ce pouvoir s’appuie sur un représentant local (Consul, Roi…) qui a pour fonction de maintenir la paix, en vue de  l’exploitation économique, des ressources, lever l’impôt… du suzerain, du royaume vassal au profit de la métropole. Aujourd’hui des pseudos Chef d’ Etat à l’indépendance négociée et octroyée ont été installées à la place des consuls / Gouverneur dans leurs anciennes colonies…

~       Le pouvoir en place à la solde des intérêts et des puissances extérieures s’appuie au plan politique sur une élite corrompue et prédatrice, ainsi que sur la complicité d’un clergé religieux officiel qui a rejeté la pierre d’angle (Jésus) et ses exigences de justice, d’amour, et de miséricorde pour laisser libre cours à l’exploitation, la domination,  l’asservissement des masses laborieuses au bénéfice de la métropole et de leurs complices politique élites interne et externe ou religieux (Clergé religieux officiel).

~       Cette politique d’asservissement s’appui sur des institutions internationales du genre Banque Mondiale ou Fond de Misère International dixit feu Professeur Emérite Tchuindjang Pouemi pardon FMI (Fond Monétaire International). Le regretté père MVENG qualifiait ses institutions de « structures iniques qui ne peuvent engendrer que l’iniquité ».

Nous préférons nous arrêter à ce stade de développement car nous n’avons ni la vocation, ni jugé utile de faire œuvre d’historiens, de politiste, sociologue…et n’avons probablement pas  les compétences requises. La lumière que nous avons projetée est suffisante pour éclairer et stimuler dans leur effort tous ceux qui ont la bonne foi et volonté d’avancer. Car il n’y a pas pire aveugle que celui qui refuse volontairement de voir et nous n’avons rien en commun ou en partage avec ce type d’individu ! Jésus dit fort à propos c’est oui ou c’est non.

Complexe Culturel Chrétien dans sa mission de combat contre les forteresses[24] ou mécanismes de domination et d’asservissement des peuples

 

 

Ainsi donc sur le plan politique, mental et psychologique, le levain de Hérode et des Pharisiens traduit un état d’esprit, une mentalité, un esprit, une réalité permanente toujours d’actualité de nos jours, mais qui a été, est, et restera reprouvée par le Seigneur Jésus. Tant sa nocivité, est un réel obstacle à l’épanouissement holistique, individuel ou collectif. D’où cette recommandation de Marc 8: 15 « gardez-vous avec soin du levain des Pharisiens et du levain d’Hérode ».

A cet effet, l’utilisation du substantif levain montre bien la capacité d’entrainement et d’influence de cet état d’esprit nocif sur l’ensemble de la société.

L’adversaire du complexe Culturel Chrétien

 

Ainsi de ce qui précède, il apparaît clairement que notre adversaire est un esprit, un état d’esprit une réalité permanente déclinant en :

1.     Influence Externe : que symbolise l’esprit d’Hérode : domination et asservissement pour enrichir le dominant. C’est la pensée néocoloniale, implémentée sournoisement, sans tambour ni trompette par les puissances occidentales avec la complicité du clergé religieux officiel et l’exécutée avec une main de fer par des élites prédatrices et corrompues qui plombent volontairement le développement de l’Afrique, et s’oppose à son émergence. Elle prône le renoncement à l’idéal de richesses, prône la pauvreté, le maintien du statut quo et de la docilité face à l’ordre mondial dominant concourant ainsi à maintenir l’Afrique dans la pauvreté, l’esclavage, la mendicité….. voir [25]

 

2.     Influence Interne : symbolisé par l’esprit de Pharisiens, Sadducéens dont la source à pour origine le cœur corrompu  de l’homme naturel déchu, ce que l’Apôtre Paul englobe dans le terme vieil homme … Voir [26].

 

Il n’est pas superflu de préciser que toutes les dérives et déviances dans le corps de christ orchestrées par cet esprit sont considérées comme nos adversaires et par conséquent seront combattu sans concessions. Et à ce titre, nous nous efforcerons de donner aux téléspectateurs des outils d’analyses leur permettant de les discerner et démasquer et  de se forger une opinion juste sur les débats de société encours.

 

Au vu de ce qui précède, le CCC-PROD à donc aussi pour mission de mener le combat contre  les  forteresses en tant que mécanismes et structures de domination, d’asservissement, et la spoliation des peuples et leurs richesses. Combat nécessaire pour libérer les énergies individuelles et collectives indispensable à l’atteinte au plus vite de l’émergence.

 

 

 

Lacunes, manquements, insuffisances spirituelles des disciples

 

Toutefois au-delà des considérations générales et leurs conséquences dans lesquelles baignent toute la société que je viens de développer, le «levain des Pharisiens… » traduit aussi pour les disciples des lacunes, manquements et insuffisances spirituels développés en  (Marc 8 : 17-20)[27] qui consistent selon le Maître Jésus à avoir les yeux mais sans voir, avoir des oreilles mais sans entendre, être un individu sans mémoire,  être des individus sans intelligence,  à la nuque raide….c.à.d. leur incapacité à discerner la réalité spirituelle d’une action, ou d’une opération.

En d’autres termes une insuffisance à relier, à trouver le rapport entre les choses ou actions. Car c’est l’essence d’une chose, la réalité d’une opération qu’il convient de retenir, de garder en mémoire afin de la reproduire en autant de fois que nécessaire, en accord et harmonie avec la volonté divine.

Il est quelque peu préoccupant, voir inquiétant du point de vue de l’analyse humaine, de constater que malgré le fait que Jésus à opéré  autant de miracles sous leur yeux, les disciples ne discernent  toujours pas la réalité spirituelle, le mécanisme, le code, l’état  d’esprit et l’esprit par lequel Jésus opère. Ces reproches de Jésus posent le problème de l’adressage des méthodologies d’apprentissage, de formation et de transmission des maîtres aux disciples  dans les églises ou les structures de formation existantes.

Mécanisme d’apprentissage, de transmission, de formation originelle 

des disciples voir [28].

 

 

En admettant le principe que le Seigneur Jésus a été le premier en toute chose, il est tout a fait compréhensible qu’il ait été le premier disciple de son père, l’Eternel Dieu.

Toute fois en Jn5 : 19-20 il est incontestable que Jésus a été le disciple de son père, comme pareillement aujourd’hui nous le sommes de Jésus.

Pour le Maître Jésus, son disciple doit être capable de discerner, de retenir et reproduire l’essence, la réalité d’un miracle ou toute opération qu’il a posée. De la même manière que, Jésus studieusement apprenait en écoutant, en regardant et en voyant faire son père, …voir Jean 5 :19-20[29]. Ainsi Jésus en voyant son père faire, reproduisait ce que faisait son père. Mais à la différence de Jésus, les disciples ne discernent pas l’essentiel du miracle, la substance des choses, en sorte qu’ils sont comme des hommes sans intelligence (Marc 8 : 16-21)[30].

A quoi est due cette immaturité des disciples  hier et aujourd’hui : Absence de concentration ? Esprit de distraction ? Absence d’Esprit Saint ?  esprit non ouvert ?  C’est une interpellation que nous formulons à l’endroit des responsables du corps de Christ en charge de ces aspects de formation, apprentissage et transmission.

Récapitulons : Jésus est indigné lorsque, ses disciples dans le besoin de nourriture  pour eux-mêmes, au lieu d’agir par la mise en œuvre ou tout au moins la répétition  à une petite échelle, des mécanismes et process spirituels tels que leur Maître Jésus a posé devant eux,  les disciples, au lieu de reproduire la réalité spirituelle que Jésus estime en eux ou tout au moins à leur porté, se préoccupent plutôt du reste de pain ou de poisson comme de simple mortel. D’ailleurs n’agissent-ils et ne meurent-ils pas comme de simple mortel ?  Est ce si différent aujourd’hui ?

Ils font le décompte, la comptabilité des pains et des poissons. Ils se fient, et se fondent à ce qu’ils voient ou touchent, à leur sens. Ses disciples ne retiennent que l’écume et raisonnent qu’en termes de quantité ou de volume visibles comme de simples individus. Ils sont semblables à ceux là  dont le regard se fixe et s’arrête sur le doigt, la main du Maître, au lieu de lever la tête et regarder la lune que le doigt du Maître pointe. Ils ne retiennent ni la foi, ni la confiance en leur Maître, ni la conviction que Dieu peux tout par son Esprit. Or les disciples ont reçu les arrhes (prémices) de l’Esprit. Mais, ils n’ont ni confiance en eux même, encore moins  la foi en l’Esprit de Dieu en eux, si du moins ils l’ont vraiment reçu !

Les disciples n’ont pas compris que le Maître Jésus attend d’eux qu’ils s’élèvent, opèrent en permanence dans la dimension de la pensée, de l’esprit et de la foi : préalables à la mise en œuvre par la parole d’une opération miraculeuse. Le miracle, l’esprit du miracle, est miracle pour les profanes, mais il est normalité pour ses disciples aux yeux du Maître Jésus. Et pour ce faire, ils doivent se vider de leur anciennes pensées, pratiques et reflexes, et se prémunir avec soins des mauvais enseignements, principes, préjugés et pratiques considérées comme « du Sida spirituel ».

Jésus veut donc amener ses disciples à discerner et prendre conscience  du potentiel foi et esprit qui  sont en même eux, et par lesquels tout est possible à celui qui croit au moyen de la puissance de l’Esprit de Dieu. Le reste étant une affaire de soumission et d’obéissance à temps et contretemps aux enseignements du Maître. Ainsi armé de la pensée de Jn8 : 29 [31]qui était en christ et celle Jn 4 :34[32], ces deux principes qui faisaient la force cardinale de Jésus et dont il n’en dérogeait jamais ne s’en détournait jamais dans la mise en œuvre, les disciples pourront ainsi partout ou ils se trouvent être porteur de solution. Leur travail essentiel se bornant qu’à se préoccuper à faire plaisir à Jésus qui est en eux pareillement à Dieu le père qui était en  Christ Jésus, accomplissant tous les jours miracles et solutions à toute sorte de sollicitation, si du moins  les disciples l’ont réellement reçu lui Jésus ainsi que le Saint d’Esprit promit par dieu le père pour tous ceux qui l’aiment, le suivent et l’obéissent sans se détourner ni à gauche ni à droite.

Les fils de dieu disciples de Jésus seul capable de pouvoir aux attentes

de la société actuelle ?

 

 

De ce qui précède, il nous apparait de toute évidence que seuls les fils de Dieu disciples de Jésus christ en ces temps d’aujourd’hui et demain  par leur soumission et obéissance à la volonté divine,  ont la capacité, le pouvoir spirituel grâce à la légitimé[33] du Seigneur Jésus et la et la puissance du Saint esprit de faire victorieusement échec à l’esprit qui règne dans le monde, inspire, orchestre méthodiquement, inlassablement, implacablement et met en œuvre les mauvais enseignements et pratiques symbolisés par le vieil homme, et le levain des Pharisiens et d’Hérode.

Et pour cela, face à la pénurie, la pauvreté, la maladie, le chômage, la rareté de ressources … les disciples de Jésus gagnent à cesser de réfléchir, raisonner ou de penser comme les hommes ordinaires. Ils ne leur est pas profitable de regarder ou réfléchir comme les disciples d’antant face aux obstacles sus évoqués. Ils n’est pas non plus dans leur intérêt de reproduire les pratiques et réflexes purement comptables, visuels ou philosophiques tel que « il n’y a que  quelques pains », « il n’y a que quelques poissons »,  ou alors « nous avons oublié de prendre des pains »,  « comment les rassasier de pains dans un lieu désert? »… Mais par l’Esprit de Dieu ils sont destinés à innover, créer, trouver des solutions en conformité avec leur niveau de foi, de grâce et des arrhes de l’esprit reçu du maître Jésus. Ils sont inviter à promouvoir et mettre en œuvre les enseignements[34] du Maître Jésus qui libèrent et affranchissent de la misère, de la pauvreté, du chômage, de l’échec…  autant que du péché et de la maladie,  et par conséquent cesser de se regarder et s’apitoyer sur eux-mêmes. Tant il est vrai que lorsque Jésus envoya ses disciples en mission ils n’avaient rien emporté comme provision, et ne s’étaient encombré d’habits, de chaussures, matériels et matériaux divers. Sinon la foi, l’enseignement et les recommandations du Maître Jésus, et plus tard, la présence et l’accompagnement du Saint d’Esprit !

Ainsi donc, clairement dans l’esprit du Maître Jésus, ses disciples[35] c’est-à-dire ceux qui s’attachent et ont la foi en lui, sans état d’âme croient en sa parole et par soumission et obéissance mettent résolument en pratique son enseignement, sans se détourner ni à gauche ni à droite, disposent en eux-mêmes  le potentiel et la ressource  nécessaire[36] pour faire face à tout genre de situation, car ils sont bien équipés. Ils ont l’impérieux devoir d’apporter la solution au défi, interrogation ou besoin de leur environnement quel qu’il soit, indépendamment du lieu géographique ou de son époque.

Vous comprenez donc pourquoi le Complexe Culturel Chrétien a aussi pour mission de combattre les forteresses[37] en tant que carcan, prison mentale d’étroites idées, préjugés, mauvais enseignements et reflexes des disciples. Et, au sein des disciples corps de Christ supposé être des Maîtres voir Hébreux 5 :12, susciter l’interrogation, la remise en question aux fins d’impulser le nécessaire ajustement de leur méthodes de pensée et d’action  à la volonté de leur Maître Jésus,  afin que partout où ils se trouvent, les disciples soient porteurs et pourvoyeurs de solutions en tout genre de sollicitation.

Quelle ambition doit satisfaire le CCC-PROD

 

 

Comment concevoir implémenter  une structure de production d’œuvres audiovisuelles capable de :

1.     Amener les disciples corps de Christ à s’interroger sincèrement, méthodiquement et si nécessaire se remettre en cause afin d’ajuster  en  toute  circonstance leurs méthodes de pensée et d’action, à la volonté du Maître, conditions indispensables pour porter du fruit.

2.     A travers le site Internet www.ccc-prod.com de la société Complexe Culturel Chrétien, permettre aux disciples  du monde entier renouvelés dans leur intelligence et animé d’un zèle sincère, d’avoir une structure, une plate forme disposant d’instruments, d’outils leur permettant de se manifester  pleinement partout où ils se trouvent, comme le sel de la terre et la lumière du monde, apportant toute sorte de solution à tout genre de problème, à n’importe quel niveau de la société ou de la nation, et, de cette façon contribuant ainsi à actualiser et contextualité la parole, et faire partager leur expérience à la multitude.

3.     Combattre efficacement les « forteresses » et mécanismes de domination et d’asservissement qui s’opposent à la croissance, l’émancipation et l’émergence des individus ou des peuples.

4.     Par ailleurs contribuer à l’éducation et aux divertissements de la jeunesse fer de  lance des Nation, et des masses laborieuses au moyen de production audiovisuel, spécifique adosse aux valeurs Chrétiennes en vue de l’élévation du niveau de connaissance et de conscience des téléspectateurs de toutes les Nations.

5.     Enfin, ouvrir un sentier, un chantier contribuant  activement à l’éclosion et à la pleine révélation des fils de Dieu : savants, érudits, sportifs… dont la création entière attend ardemment  la manifestation depuis la nuit des temps conformément à Rom 8 :19[38]

6.     Mission de dévoilement et d’enseignement des mystères clés indispensable à la compréhension juste de l’homme, de son univers…voir Dan 12 : 4[39] ; Math 13 :11[40].

Fondements de l’organisation CCC-Productions

 

D’où le commencement d’une réflexion rigoureuse, méthodique, profonde et holistique afin de répondre à l’ambition qui précède et qui se décline et s’étale  sous la forme d’études de marché, Plan stratégique, Plan opérationnel, Business plan… Etudes  menées par des spécialistes chevronnés, à la réputation établie. Tout ce processus prospectif et scientifique aboutit à la naissance de l’entité dénommée complexe culturel chrétien productions, une SARL de siège Yaoundé et au capital social de 50 000 000 F CFA,  Et dont, le challenge est d’implanter l’ambition qui précède.

         En d’autres termes, comment mettre en œuvre une structure saine, économiquement viable, car basée sur un modèle économique bien pensé et adapté à notre milieu et qui a pour vocation à mettre durablement en œuvre des programmes audiovisuels classiques, qui éduquent en même temps qu’ils divertissent, mais adossés aux valeurs chrétienne tout en répondant aux critères des chaînes de télévision les plus exigeantes d’une part! Mais aussi, des programmes spécifiques  qui ambitionnent d’atteindre, en vue de leur insertion ou réinsertion  dans la vie sociale active locale, la masse des exclus du système de ceux qui se sentent marginalisés, abattus, frustrés, désespérés, , au point de vouloir fuir leur pays natal au péril de leur propre vie, en traversant mers et océans à la nage, ou déserts et autres étendues avec leurs pieds !

 

Analyse spirituelle

 

A notre entendement, cette masse représente la fragilité, la faiblesse humaine,  l’Homme dans sa plus simple expression. Pour nous, cela n’est pas une fatalité, ni quelque chose d’insurmontable. C’est une étape, parfois un passage obligé sur le parcours de vie d’un individu. Nous pensons que cet Homme brisé, au creux de la vague, a un précieux potentiel  invisible au plan physique, insoupçonné en lui, qui est latent et qu’il convient d’éveiller, de réveiller, de dynamiser et de magnifier. On touche là à un mystère de l’existence humaine : sans action ou révélation transcendante extérieure à soi, l’être humain découvre difficilement par lui-même qu’il est détenteur d’un trésor, d’un potentiel qu’il convient après l’avoir éveillé telle une étincelle, réveillé, de canaliser et de dresser et maintenir la flamme sacrée de lumière et de vie en soi, par une initiation… une initiation spirituelle chrétienne !  Cette flamme, émanation divine l’image de Dieu en nous et qui confère à l’homme la dignité et sont statut de fils de Dieu est dépositaire de son parcours sur terre et de son destin.

Qu’est ce que l’initiation spirituelle chrétienne est-elle adaptée pour sortir le citoyen lambda du creux de la vague et de son cycle d’échec ?

 

 

 

A la lumière Hb 5 :12[41], Jn 8 : 28 [42]; Dan 12 : 4[43]; Jn 5 :19-20[44]; Math 13:11[45] nous affirmons sans l’ombre d’un doute que l’initiation chrétienne est parfaitement outillée pour sortir le citoyen lambda de l’ombre de la vallée de la mort, du cycle d’échec, du creux de la vague.

En effet nous pensons que le christianisme au-delà de son aspect sacerdotal est aussi école, une école de sagesse, une école de vie. Une vision du salut holistique de la création entière. C’est un apprentissage, des forces et mystère[46] qui régissent l’homme, la société, l’univers : dans le double plan physique et immatériel. Une initiation aux préceptes, rituels[47] au travers d’enseignements à deux niveaux :

 

a.            Au plan initial, horizontal : au commencement, le disciple a besoin éventuellement d’un précepteur, d’un maître physique. Mais très rapidement le disciple qui a vocation à être comme son maître et même à le surpasser, passe progressivement ou directement selon la volonté de Dieu et les capacités du disciple, sous le contrôle opérationnel direct du Saint esprit.  C’est l’enseignement direct, le sommet de la révélation, délivré directement par le Saint Esprit au disciple ! toutefois le disciple doit garder vis-à-vis du ou des précédents maîtres physique une attitude empreinte de déférence, de respect indépendamment du mérite  ou de la personnalité du maître.

b.     Au plan de la maîtrise, vertical: le cordon ombilical liant le disciple avec ses maîtres physiques est coupé. Ce cordon est maintenant relier au Maître suprême Jésus au travers du Saint d’esprit. Duquel il reçoit maintenant en tout temps et en tout lieu, indépendamment de toute contrainte spatio-temporel, assistance, force, conseil au moyen d’un langage spirituel : rêve, vision, audition…méditation…  en effet le mode de transmission de l’enseignement, de formation, d’apprentissage du maître vers le disciple a changé: du langage physique spirituel on est passé à un langage immatériel mais tout aussi spirituel.

Le disciple dispose d’un certain nombre d’outils utiles et indispensables à sa croissance spirituelle : la lecture quotidienne du manuel d’emploi du créateur la bible, les psaumes ; le recours systématique aux chants et cantiques spirituelles, à l’adoration et la louange permanente lui est vivement recommandé ainsi que des moments de connexion et de communion diverses avec les personnes divines… Après les formalités d’usages de préparation préalables : purification du corps, habits propres…dans un lieu, et un environnement propice à la méditation et au travail spirituel. Il lui est vivement recommande de créer, et d’entretenir comme la prunelle de ses yeux comme une relation particulière, spéciale, un lien sacré, empreint d’amour, de foi et de confiance, de soumission et d’obéissance vis-à-vis de chacune des trois personnes divine de la trinité.

En harmonie avec notre Charte, dans notre mission d’enseignement et de dévoilement des mystères aux profits des masses laborieuses, abandonnés à elles-mêmes, nous estimons utile de bien préciser un certains nombre de choses relatives au parcours de vie des masses objet de notre propos :

Peux-ton dresser l’état des lieux actuel sous l’angle de l’enchainement  des causes à effet qui induit les être humain, de l’œil du cyclone vers (ou dans) la tempête ?

En d’autres termes quelles sont les causes qui précipitent l’homme dans le creux de la vague, l’ombre de la vallée de la mort ?

La réponse concise à cette brûlante interrogation existentielle peut s’étaler en quatre paroles :

1.     l’organisation économique capitaliste et la philosophie politique libérale domine le monde actuel.

2.     L’individu, sous la pression de la société libérale a rejeté la règle, le droit, la justice, l’amour : l’on ne respecte plus rien, encore moins les interdits.

3.     Face à la complexité de la vie sociale dans cet environnement libéral, la société humaine fortement canalisée comme un troupeau  de moutons par les médias eux-mêmes véhiculant l’expression d’un vision du monde en rébellion contre le religieux a rejette Dieu comme son créateur ainsi que le mode d’emploi de sa création : la bible, parole de Dieu incarnée. Cette dernière est vivement combattue et marginalisée. Le religieux, le sacré, le transcendant sont considérés comme rétrograde et relégué dans la sphère privée.

4.     L’on vote une uniformisation et génération de la pensée mondiale dite « unique » pour qui tout est marchandise et manchandable à condition d’y mettre du prix seule la réussite matériel compte peu qu’importe les moyens pour y arriver, elle est érigée en modèle pour la jeunesse ! l’homme ne vivant plus que pour satisfaire ses désirs les plus égoïstes.

5.     La révolution informatique et des télécommunications ont impulsés une accélération dans la vie sociale. Désormais tout va vite, très vite, tout le monde cour. Le facteur temps devient précieux, l’individu veux tout, et tout de suite. La vertu patience et persévérance sont perdues. L’homme devient impatient, et a perdu la discipline d’attendre l’heure, le temps de Dieu. Pire, la connexion, la communication  et la communion avec Dieu sont coupées, perdues. L’heure est la mentalité magique… au spectacle, à l’éclat, aux paillettes…à la prestigitation, l’illusion.

La conjonction des paroles qui précèdent a précipité l’homme de l’œil du cyclone dans la tempête, le creux de la vague, la vallée de l’ombre de la mort.

Tel est donc l’état des lieux actuel de notre société, qui génère tous ces malheurs et déboires auprès des masses avec son cortège de pauvreté, indigence, maladie, misère, chômage, désordres, calamités, guerres qui secouent la planète…criminalité galopante, appétence généralisée au mal, mensonge, détournements et vols des biens public, corruption…

 

Comment faire pour en sortir de la précarité ?

De sa situation d’échec,  du creux de la vague ?

 

 

Toute personne qui se trouve dans cette situation est à la croisée des chemins. Cette personne même ayant rejetée son créateur n’est pas perdue aux yeux de Dieu. Elle doit simplement faire un choix, un choix vital  et décisif pour sa destinée. Mais pour ce faire, elle doit prendre conscience qu’elle est creux  de la vague d’une part. Et, d’autre part elle doit fortement vouloir, désirer le meilleur pour lui même, et être résolu et déterminer à sortir de cette situation, quelqu’en soit le prix à payer[48]. Une telle détermination, et résolution stimulent en soi la constitution d’une réserve d’énergie spirituelle indispensable lorsque dans les mauvais jours, viendra la tentation ! Car elle est inévitable. Cette réserve d’énergie  spirituelle sera démultipliée par l’Esprit Saint afin de conduire l’intéressé vers la victoire finale, malgré les embuches et les coups de boutoir de l’ennemi, le prince des ténèbres et de la vallée de l’ombre de la mort, qui tapis dans l’ombre, travaille sans relâche avec l’acharnement et l’énergie du désespoir de celui qui sait disposer encore de peu de temps… pour détourner, empêcher l’impétrant d’avancer avec son Dieu dans un nouveau cheminement !

A partir de ce moment, une telle personne ayant cette disposition d’esprit est prête, mûre pour comprendre que la cause de tous ses déboires, de ses maux et malheurs est à rechercher en elle-même, ses propres choix, l’ayant conduit là où elle est en ce moment. Et par conséquent, par le cheminement de sa propre pensée elle arrive à la conclusion que:

Par le rejet de son créateur, et de son mode d’emploi (la bible, parole de Dieu incarnée), elle a transgressée la loi,  elle a péché. Le péché c’est certes le refus  d’appliquer la loi, mais c’est aussi et surtout son divin qui se retire du pécheur en conséquence du péché ! L’homme pécheur est donc livré à lui même. Abandonné à ses instincts les plus vils, il va s’enfoncer davantage dans le vice, la dépravation… Son appétence au mal allant grandissante, jusqu’à arriver dans la situation  où il se trouve en ce moment !

 

 

Etapes du salut

 

Ainsi, la première sur le chemin du salut est la prise de conscience de la propre déchéance, de la grave difficulté ou échec dans laquelle l’on est vautré à cet instant.

En deuxième lieu, l’on doit reconnaître avec lucidité que son entière responsabilité est pleinement engagée dans la mauvaise passe où l’on se retrouve. A ce stade l’on assiste à la manifestion  du remord, de la repentance clairement formulée et exprimée par l’impétrant.

La troisième étape consiste en la conversion c'est-à-dire l’abandon du vieil homme et du levain des pharisiens et d’Hérode. Cette conversion est en partie garante de la croissance future. Elle vous dispose au discernement et à la compréhension des réalités spirituelles.

Si enfin cette personne manifeste de façon audible, sa détermination active, sa résolution d’en sortir de son pétrin ainsi que son refus de rester dans le statuquo, par un engagement clair au moyen du rituel du baptême de quitter le monde des ténèbres pour désormais vivre dans la lumière de Jésus Christ, dans la communion du Saint d’Esprit ; alors et bien on peu dire pour cette personne les choses anciennes sont passées et un avenir radieux est devant lui voir Corth 5 : 17[49].

De ce qui précède, et en d’autres termes, la solution idoine opérationnelle à mettre tout suite en œuvre consiste en le retour à Dieu pour celui qui s’y est détourné ; ou alors pour celui qui ne le connait pas, l’acceptation de Jésus Christ comme son Seigneur et Sauveur personnel pour quiconque est fatigué, au creux de la vague, assaillie par les soucis, les inquiétudes de ce monde, et veut par conséquent se décharger de son fardeau, de sa peine ou sa série d’échec, sur celui qui est capable en contre partie de le soulager, et lui procurer une paix durable et définitive! Et l’amener à se réaliser pleinement  au delà de ses rêves. En effet Jésus est celui là que le créateur a pourvu pour faire face à ce type de situation. C’est le passage obligé pour enclencher gratuitement le processus, d’activation de la flamme sacrée de vie, de lumière intérieure et du potentiel[50] enfoui en tout être humain.

Ce potentiel est la foi en son Créateur, don gratuit de Dieu à l’humain préalable au déblocage des dons, aptitudes, valeurs et vertus enfouis en lui. Cette foi en son créateur induit, pourvoit, et enclenche des mystères dont je ne relaterai que deux, pour le moment : la nouvelle naissance et sa conséquence spirituelle : les baptêmes d’eau, d’esprit et de feu! Qui ne dépendent ni de la chair, ni du sang mais uniquement de son créateur et de son timing, chronomètre.

Arriver à ce stade, on ne triche plus. Il y a lieu d’éviter les amalgames les confusions, et surtout de se prémunir du levain des Pharisiens, des Sadducéens et d’Hérode. C’est le moment ou il faut faire preuve d’humilité devant sont créateur, après avoir reconnu sa fragilité, et admit ses erreurs de parcours par une attitude de regret et de repentance. C’est le temps de la conversion, le moment de se vider de toutes les pensées, enseignements et reflexes antérieurs. C’est le moment de disposer son âme et son esprit à recevoir des choses et des connaissances ineffables que Dieu a réservé pour ses enfants devenu humbles par l’école de la vie, qui l’aiment et le reconnaissent comme leur Créateur au vu de leur expérience de vie. Ces connaissances que l’oreille n’a jamais entendu ou que l’œil n’a jamais vu, n’ont rien avoir avec la  rationalité humaine qu’ils ont toujours côtoyée et pratiquée.

Les enseignements, les concepts de la foi en Dieu, nouvelle naissance, la doctrine des baptêmes, la renonciation aux œuvres mortes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel…voir Hébreux 6:1-3 sont des fondamentaux dans l’initiation chrétienne et nécessitent dans un premier temps l’assistance d’un maître. Certains fondamentaux sont  des catalyseurs, d’autres sont des rituels sans lesquels il n’y a point de déblocage des ressources et ressorts internes indispensables au sursaut, à un nouveau départ permettant la traversée du désert victorieuse sans rien acheter ou débourser : ni son argent, ni son âme…

Car c’est en faisant corps avec son créateur qu’on devient plus fort, et à même de déplacer les montagnes. Ce cheminement mental interne qui consiste à découvrir et prendre conscience de son créateur, avoir foi en lui, puis comprendre le nécessaire et inévitable processus de faire corps avec son divin afin de dégager une force, une puissance supérieure  aux forces destructrices qui l’environnent est incontournable pour sortir de l’ornière. Car c’est par la foi en Jésus  comme son Seigneur et sauveur personnel et son initiation au Saint Esprit, que le disciple accède ainsi à la véritable lumière (la Parole de Dieu incarnée en Jésus)  qui dans ce monde ténébreux éclaire tout homme qui le reçoit, le protège du monde satanique et lui montre le chemin par lequel il s’en sortira dans cet environnement hostile, tout pourvoyant à tout ce dont il a besoin !

Mise garde

 

Toutefois lorsque pour sortir du creux de la vague de la vallée de l’ombre de la mort, l’on refuse d’affronter ou prendre à bras le corps cette voie initiatique chrétienne, unique porte de sortie vers une réussite durable et holistique sans payer le prix du sang, de son âme, on prend le risque de faire un certain nombre de compromission au prix de son propre sang, de son âme avec le prince de ténèbres, et ses « forteresses » dites société soient disantes savantes qui ont pignon sur rue et sont de véritables autoroutes de la mort. Ne dit on pas que large et spacieuse est la route qui mène à la mort et beaucoup s’y en engouffre, et étroite et resserré est la route qui mène à la vie véritable, peu sont appelés et très peu la trouvent et finissent la course victorieusement. D’ailleurs celui par qui toutes choses ont été faites, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle (la Parole de Dieu incarné en Jésus) dit « je suis le chemin, la vérité, la vie ».

 La foi se décline comme un arc-en-ciel de vertus et valeurs, qui sont des effluves, émanations de la Parole, du  Verbe Incarné. Et parce que la parole est créatrice de toute chose, tout ce qui existe porte sa marque, son empreinte en lui. Ce sont ces émanations, consubstantielles à la parole qu’il convient d’éveiller, de réveiller, de semer, de cultiver, de canaliser, d’entretenir telle une flamme et de promouvoir en l’homme brisé, défait, terrassé, tout au moins l’homme en situation d’échec social et qui a l’impression de n’emprunter que des chemins ou voies sans issus et développe par conséquent le sentiment d’avoir été abandonné et lâché par tous, surtout par son Dieu.

Existe-il d’autre alternative à la voie initiatique  chrétienne ?

 

         L’histoire en tant que phénomène historique n’est pas susceptible de retour en arrière. Loin de nous toute tentative de retour en arrière, vers l’âge d’or de  l’église catholique au moyen âge. L’époque où le clergé religieux exerçait le pouvoir temporel, politique. Or telle n’a jamais été la volonté du Maître Jésus qui estimait qu’il fallait donner à César ce qui lui appartient c'est-à-dire la gestion du pouvoir politique, …

         Toutefois nous disons que César, pour combattre efficacement des maux tels que la corruption, les détournements des fonds publics, la criminalité sous toutes ses formes, bref faire face à la déliquescence morale de notre société, il doit s’appuyer sur un modèle de valeur et de vertus qui a fait ses preuves et démontrer toute son efficacité lors du séjour terrestre de Jésus. A ce jour il n’y pas d’équivalent sur toute la terre, toutes les époques confondues d’homme ayant surpassé la faiblesse humaine et la tentation, orchestrées et amplifiées par  la puissance satanique au comble de sa puissance, tel que Jésus l’a fait face au pouvoir, à l’attrait des richesses, l’appel des sens humain, la nourriture, l’alcool… En effet Jésus a clairement et publiquement démontré qu’un leader pouvait parfaitement être dessus de toutes ces faiblesses et manquements. Ainsi donc, pareillement à Jésus qui s’appuyait sur le Saint Esprit pour résister à la tentation du mal, et n’a point succombé, nous suggérons à César, même à titre privée et individuel, de faire sincèrement  allégeance, sans malice, sans calcule au Seigneur Jésus, n’on pas seulement dans sa dimension de Seigneur et Sauveur, mais aussi et surtout sous sa casquette de Maître, afin de le coacher dans ce combat de géant et d’être remplir du Saint Esprit. Et, par conséquent impulser enfin le réel changement de mentalité, d’état d’esprit nouveau qui  diffuserons progressivement vers le reste de la société, tout le peuple attendant cela avec impatience. Ceci est indispensable à la libération des énergies individuelles et collectives nécessaires à l’émergence nationale tant proclamée. Car par effet d’entrainement, le reste de la cour royale fera réellement allégeance au Seigneur Jésus si le Chef donne lui-même exemple.

Tout individu qui est susceptible de se reconnaitre dans la situation précédemment décrite, peut être considérer comme à la croisée des chemins. Il peut tout aussi bien persévérer dans l’éclaire de lucidité, de prise conscience positive qui précède, et le conduit à une sortie de crise durable, ou alors il peut tout aussi se rebeller contre sa situation, rendre la société entière et Dieu responsables de sa situation et s’enfoncer davantage dans la ténèbre ! Tout est entre ses mains ! Son destin dépend de lui-même, et d’avantage de l’acception, du sens qu’il donne à situation.

Nous estimons qu’il ne faut pas avoir honte d’essayer le modèle de la voie initiatique chrétienne. Car le tableau[51] qui précède, présenté et développé en introduction,  nous montre à suffisance la faillite, tout au moins l’échec du système en place sous presque tous les cieux, simplement parce que cette dimension spirituelle n’a pas été prise en compte. Or nous pensons que cet aspect spirituel est primordial et même prioritaire. D’où notre suggestion d’une approche holistique.

Car c’est au niveau  des pensées que naissent tous les maux que sont les vols, les détournements de fonds, la tricherie, les mensonges, le faux et usage de faux…etc. qui se matérialisent en actes répréhensibles. C’est donc d’abord prioritairement un problème de pensée, donc d’esprit, d’instruction et d’éducation avant d’être un problème de moralité… Par conséquent à un problème spirituel, éducatif, seule une réponse éducative adossée aux valeurs  spirituelles chrétienne est pertinente. D’où la nécessaire démarche de foi vers son Dieu créateur et aux valeurs éthiques et morales que promeuvent les saintes écritures  pour endiguer, vaincre la tentation du mal par l’éducation, la promotion de l’exemplarité, de la citoyenneté responsable, des valeurs et des vertus chrétiennes. L’octroi du don gratuit du Saint Esprit par Dieu comme votre puissance protectrice et garante de la réussite de toute votre démarche terrestre comme la cerise sur le cadeau venant couronner votre cheminement.

Ainsi, en se conformant au mode d’emploi de son créateur, cet individu au creux de la vague acquiert des forces nouvelles, pensées et idées à même d’inverser le cours de sa vie, à condition d’y croire et être sérieux dans cette entreprise.

Nous pensons contribuer par cette méthode, cette voie, au réarmement spirituel et moral préalable à tout individu ou société qui à l’ambition de réussir ou qui se trouve au creux de la vague.

Notre créneau et positionnement

 

Tout l’intérêt des études préalables a consisté à dissiper notre ignorance et a nous faire comprendre et accepter que des programmes télévisuels qui s’appuient sur un matériau biblique (valeur, vertu, enseignement du Maître Jésus) répondent véritablement à un besoin, comblent une attente, eu égard à la déliquescence morale de notre société actuelle.

Toutefois, notre créneau est différent de celui des chaines de télévision ou radio confessionnelles classiques en ce sens qu’ils mettent essentiellement, continuellement, en exergue la dimension de Jésus en tant que Seigneur, et Sauveur de l’humanité en minorant de montrer combien ses enseignements touchent les aspects de la vie concrète en société.

  Notre positionnent est différent en ce que nous mettons dans une perspective pratique, expérimentable, Jésus sous sa casquette de Maître, de pédagogue, d’Enseignant, de Coach délivrant un message actuel adapté à notre contexte et dont sa mise en pratique permet de s’épanouir et de transformer son milieu. Ainsi tout environnement économique et social peut être impacté  et transformer    par cet enseignement pratique approprié qui s’appuie sur un socle biblique.

Comment donc avec finesse et tact, transmettre ce trésor de connaissances bibliques spécifiques adaptés au contexte actuel à  des masses en perte de repères, en situation de précarité, abandonnées à elles-mêmes ? Tel est un des challenges majeurs que CCC-PROD se doit de relever à travers l’implémentation des programmes audiovisuels adéquats, qui obéissent au triple rôle d’informer, d’éduquer et de divertir d’une partmais aussi  des programmes qui montrent l’actualité de l’enseignement de Jésus, sa pertinence par rapport à notre époque et  explique concrètement comment le Chrétien, par la mise en œuvre des préceptes bibliques clairs, précis, endogènes, concrets, compréhensibles et implémentables peut arriver à solutionner son problème de chômage, de procréation, de promotion sociale, de victoire électoral ou sportive, de réussite aux examens et dans les affaires….etc

Bref des programmes qui valorisent la réussite entrepreneuriale diverse et multidimensionnel tout en préservant l’intégrité, le culte de l’effort avec en vitrine des hommes et des femmes ayant réussi leurs vies, et leurs parcours en comptant sur leur foi en Dieu.

En plus des programmes classiques habituels (Magasines, Talk-show, documentaires, Emissions Interactives, publi-reportage, film d’entreprises …..etc), nous allons aussi décliner des programmes spécifiques véritablement spirituels traitant ces différentes thématiques relatives aux déviances, dérives, débats de société et autres… sus évoquées sous un angle pratique. Pour y arriver, nous disposons des techniciens triés sur le volet qui se chargeront de mettre tout cela en musique, par le choix judicieux de panélistes, de reportages, de programmes, d’enquêtes et investigations  sans concessions ni collusions avec un quelconque  réseau ou Lobby contraire à nos convictions et à notre démarche éditoriale et citoyenne.

          

Ce que nous ne sommes pas

 

Nous comptons certes nous appuyer sur les vertus chrétiennes, toutefois, nous ne sommes pas encore une radio ou télévision chrétienne qui a pour vocation de faire dans la diffusion des messages de prédications purement et simplement évangéliques. En effet,  pour l’instant, nous tenons à préciser que nous n’ambitionnons pas devenir une société de production exclusivement confessionnelle. Notre cible stratégique est les téléspectateurs en général et particulièrement ce qui ne sont pas dans le corps de christ. Ce sont ses masses laborieuses, en perte de repère, ayant l’impression d’avoir été abandonné à eux-mêmes et que le christianisme est l’opium du peuple que nous voulons adresser. Nous avons vocation à produire et pourvoir à des programmes pour les chaînes confessionnelles au même titre que les diffuseurs non confessionnels, à offrir à tous des programmes et contenus conformes à notre ligne éditorial pour le bonheur de leurs téléspectateurs. Toutefois nous pensons qu’une franche et loyale collaboration avec ces diffuseurs confessionnels peut être une grande opportunité pour la croissance du corps de christ et l’avancement de la grande commission pour l’évangélisation.

Par ailleurs, afin de préserver notre liberté de jugement et notre indépendance éditoriale, nous avons décidé de n’appartenir à aucun courant d’opinion, d’obédience ou de dénomination chrétienne particulière. Les journalistes et autres technico-artistiques, les réalisateurs et autres travaillent selon les règles éthiques et déontologiques en vigueur, ayant pour objectif d’informer, d’éduquer les masses en les divertissant, tout en respectant les normes et critères des chaînes de télévision les plus exigeantes. Car nous n’auscultons pas, ni ne négligeons pas l’aspect commercial de nos productions garant de notre indépendance et du respect de nos choix éditoriaux.

 

 

 

Pourquoi les termes chrétien et complexe dans notre dénomination ?

Notre originalité et identité

 

 

 

 

 

Le CCC Productions apporte un autre son de cloche, en termes de valeurs morales et éthiques différent du modèle occidental dominant et prédateur. Nous donnons aux masses la capacité et la liberté à réfléchir par elles-mêmes et le pouvoir de s’autonomiser au moyen de l’usage de leur  discernement que nous leur apprenons par ailleurs à exercer, en puisant dans un socle de valeurs et vertus judéo chrétiennes, et le document de référence la bible, le manuel d’utilisateur. Toutefois, à la foi il faut ajouter la vertu, à la vertu la science...Voir 2Pi 1 :5-8[52]. Nous ne sommes donc pas repliés et recroquevillés sur nous même, nous sommes totalement ouvert à toute connaissance, pratique ou technique susceptible  d’apporter un progrès à l’humain.

 

Nous sommes une structure qui concourt à l’éducation des masses, à la promotion de la paix et au vivre ensemble. Toutefois, compte tenu de la situation morale véritablement préoccupante de notre pays, notre originalité qui traduit aussi notre engagement citoyen et notre identité, réside dans notre volonté d’adosser nos productions sur un socle de valeurs spirituelles en général et chrétiennes en particulier. Des vertus et valeurs communément et universellement partager telles que : le culte de l’effort juste, la recherche de l’équité  de la justice en toute chose, le respect de la parole donnée, le pardon, l’exercice de la dignité, la valorisation de son potentiel intérieur, cultiver le sens du service désintéressé avec pour finalité servir et non asservir les masses pour mieux amasser les biens communs lorsqu’on est en situation de décideur, d’impulsion, bref de pouvoir quel que soit le degré. Ainsi de ce socle de valeurs spirituelles essentiellement chrétiennes découle le terme chrétien dans notre dénomination.

 

 

 

La production d’œuvres audiovisuelles n’est que la première étape d’une vaste entreprise qui ambitionne à moyen terme de se diversifier dans d’autres secteurs de la culture tels que l’édition, librairie, production des spectacles culturels…etc d’où le terme complexe dans notre dénomination.

 

 

 

 

 

Comment se prémunir des risques et garder le cap en tout temps

et circonstances ?

 

Afin de garder le cap, le bateau CCC-PROD  s’est prémuni des risques divers et des temps de navigation inévitables en zone de turbulence tempête, au moyen des règles éthiques et de gestion consignés dans un document notarié intitulé la charte du Complexe Culturel Chrétien, acte qui a précédé et est au-dessus des statuts qui encadreront l’organisation des activités de CCP-PROD.

 

Ainsi, pour ce qui est de la répartition et de la distribution des bénéfices et dividendes, les articles RG1-1 [53] et  RG 2-2 [54] stipulent « CCC n’a pas pour objectif principal d’amasser ou de faire un maximum de bénéfice-profit dans le seul but d’enrichir ses promoteurs, associés, partenaires et consultants. » « Notre souci prioritaire est la constitution des réserves d’investissement permettant de pérenniser CCC-PROD et ses missions en vue d’un fonctionnement fiable et indépendant et de donner à la structure des capacités de choix, d’influence, d’investissement et de rayonnement. » 

 

Tandis que pour ce qui est de la rémunération des personnels consultants, experts… les articles  RG4 [55] encadreront cet aspect : « certes, notre finalité n’est pas de nous enrichir à tout prix et à tous les prix. Mais, nous ne désirons pas non plus faire travailler les employés, consultants, experts ou apporteur d’affaires bénévolement si tel n’est pas leur volonté profonde, expressément notifiés, car tout ouvrier mérite son salaire. Ils seront justement rémunérés au prorata de ce qu’ils ont fait gagner à la société » 

 

Enfin, dernière et non des moindres précautions, le patron véritable incontestable de CC-PROD consacré par les promoteurs par acte notarié afin que nul ne l’ignore et s’y conforme, est l’Eternel Dieu (Cf. article PRG1) [56]tandis que le gérant Cf. PRG2 [57]n’est que l’intendant en charge de la matérialisation de la vision de Jésus en Marc 8 :1-4 et de la gestion quotidienne et stratégique des ressources financières, matérielles et humaines mises à notre disposition par l’Eternel des armées.

 

Vous l’avez bien compris, CCC-PROD est sous l’autorité directe et la protection du Très Haut et ceci est irrévocable, non révisable et immuable Cf. art. PRG3, et PRG4. [58]

 

 

Notre volonté de réussite

 

Nous ne saurions terminer sans exprimer clairement notre ambition et volonté de réussir ! Nous ne doutons point quant à l’issue heureuse de notre entreprise. Nous estimons que le CCC PROD n’a de choix qu’être compétitif. Toutes les études préalables (Etudes de marché, Plan stratégique, Plan Opérationnel, Business plan) concourent à cela. C’est-à-dire produire des œuvres audiovisuelles capables de satisfaire les chaînes de télévision les plus exigeantes sur le marché mondial francophone, mais engloutissant juste ce qu’il faut comme ressources humaines, matérielles et financières. En un mot faire très bien avec le peu qu’il faut mais dans des conditions de travail excellentes, en toute indépendance, objectivité  et intégrité.

Nous ambitionnons enfin, par l’éducation de masse, de promouvoir et mettre en valeur ce que l’Homme a de plus profond, précieux, l’image de Dieu en l’homme qui ne trahit jamais : la vertu. Par la vertu Dieu est immuable. C’est par la vertu que le corps du Christ aura la capacité à discerner tout corps étranger (corpus d’idées). C’est par la vertu que le corps du Christ préserve son intégrité et sa permanence en sorte que tout ce qui est corps étranger sera expulsé hors du corps en temps déterminé par Dieu lui-même.

En effet, par la vertu de Dieu, toute créature matérielle ou immatérielle a une identité et une spécificité qui lui est propre. En sorte que deux créatures qui n’ont pas la même identité ne se mélangeront point durablement de façon à persévérer l’unité de façon naturelle sans contrainte extérieur. Seuls des créatures de natures identiques ou issues de la même source se mélangent et font corps, c’est à dire  s’unissent, et font unité sans effort ou contrainte physique extérieure, sans actions ou forces extérieures. Ainsi toute idée ou corpus d’idées étranger de source différente (Satan) au corpus original et originel (Dieu), ne pourront jamais rester durablement unis au corps original et originel.  En sorte qu’avec le temps, tout corps ou corpus d’idées étranger sera toujours expulsé du corps de Christ. Deux fleuves ont beau partager le même lit, après plusieurs millions d’années, l’on perçoit toujours distinctement à vue d’œil la séparation entre les deux corps de fleuve, montrant ainsi que les deux fleuves sont issus de source différents. Nous fondons donc l’espoir qu’avec le temps l’intégrité du corps de Christ l’emportera.

Car seul un peuple vertueux, peut parvenir aisément et durablement à l’émergence si du moins il est conduit par des élites faisant elles-mêmes montre de dignité « c'est-à-dire être armé et résolu à mettre en œuvre sans distraction la pensée vertueuse qui était celle de Jésus du temps de sa vie terrestre à savoir : servir avec probité, intégrité, compassion et miséricorde le peuple et l’intérêt général et non asservir pour mieux se servir et en jouir ! ».

 

En définitive, la bonne nouvelle, le trésor de CCC-PROD est d’avoir compris en premier à l’issue des études préalables menées rigoureusement et professionnellement que dans le contexte global et moral actuel, des programmes aux normes télévisuelles les plus strictes peuvent harmonieusement s’appuyer sur un socle de valeurs et vertus spirituelles chrétienne et être parfaitement commercialisables. La présence d’un marché porteur et le besoin urgent de tels programmes pour notre société à la moralité décadente ont été établis par les études sus-évoquées.

A l’aube de ce nouveau départ, nous ne doutons point, et avons hâte d’en faire la démonstration, en nous engouffrant dans cette niche porteuse.

Nous sommes conscients qu’au Cameroun nous ouvrons une voie nouvelle dans laquelle s’engageront bientôt avec fracas une foultitude d’entrepreneurs à qui nous souhaitons d’ore et déjà bonne chance. Qu’ils soient chrétiens ou non, avide d’argent ou  non, l’essentiel est la propagation des valeurs,  vertus spirituelles et morales préalables à tout développement équilibré de l’homme en particulier de la société en général.

Le proverbe 14 : 34 dit d’ailleurs fort à propos que « la justice élève une nation » mais le « péché est la ruine des peuples »  ou encore Osée 4 : 12 «  mon peuple périt faute de connaissance ». Et aussi  « Vous connaitrez la vérité, et la vérité vous affranchiras », le péché ici étant la méconnaissance, rejet  ou l’opposition volontaire au mode d’emploi du créateur dans le projet de société d’un individu, d’une organisation ou d’une nation.

Telle est notre ambition, voir notre appel spécifique dans la grande commission pour l’avancement du Royaume de Dieu, ainsi que dans la révélation de la manifestation des fils de Dieu que la création toute entière attend avec un ardent désir voir[59].

 

Le Promoteur

Intendant général

 

 

 

 

Marti José KONEBA

Opérateur économique 

 

 



[1] Ligne éditoriale : voir dans la Charte du CCC en  page 7 : Cliquer sur le lien / voir en annexe

[2] Charte : Charte du CCC, expression de la vision des promoteurs, de ses activités actuelles ou futures, ainsi que les règles

                   Immuables d’Ethiques et de Gestion qui les encadrent. : Cliquer sur le lien / voir en annexe

[3] Patron du projet : Voir Charte Page10 : le véritable Patron du CCC est l’Eternel Dieu des armées :

                                       cliquer sur lien / voir en annexe.

[4] Marc 8 : 1-4 : 1. « En ces jours-là, comme il y avait encore une grande foule qui n'avait pas de quoi manger, Jésus appela

                                         ses  disciples et leur dit:

2. "J'ai compassion de ce peuple, car voilà trois jours déjà qu'ils ne me quittent pas, et ils n'ont rien à manger.

3. Si je les renvoie dans leur maison sans nourriture, ils tomberont de défaillance en chemin; car plusieurs d'entre eux

     sont venus  de  loin!" »

4. Ses disciples lui répondirent: "Comment pourrait-on trouver ici, dans un désert, assez de pain pour les rassasier?"

 Marc 6 : 37 : 37. « Il leur répondit: "Donnez-leur vous-mêmes à manger. " Et ils lui dirent: "Irons-nous donc 54 acheter

                          pour deux cents deniers de pain, afin de leur donner à manger?" »

[5] Contexte : ce contexte, certes local, est un concentré  résumant assez bien la situation générale du pays

                         sur le plan social, et dont l’actualité est incontestable.

[6] Maître : toute personne de part sa connaissance, sa stature, sa compétence exerce l’autorité, la domination

                    consentie sur d’autres.

[7] Disciple : personne en possession de toutes ses facultés qui s’attache à un Maître, dispense  et met en pratique

                      les enseignements de ce dernier  avec foi et persévérance.

[8] Marc 8 : 10-13 : 10. « Il monta aussitôt dans la barque avec ses disciples, et vint dans le pays de Dalmanutha.

11. Survinrent les Pharisiens, qui commencèrent à discuter avec lui, lui demandant, pour l'éprouver, un signe du ciel.

12. Jésus ayant poussé un profond soupir, dit: Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe?

      Je vous le  dis, en vérité, il ne sera point donné de signe à cette génération.

13. Et les laissant, il remonta dans la barque et passa à l'autre bord ».

[9] Marc 8 :15 : « Jésus leur fit cette recommandation: Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et du levain

                              d'Hérode ».

[10] Marc 8 :16 : « Les disciples raisonnaient entre eux, et disaient: C'est parce que nous n'avons pas de pains ».

[11] Solution spécifique à ce type de problème : Dieu recommande que l’être humain dans cette situation  s’abandonne

à lui par la foi en tant que son pourvoyeur, l’intéressé, se contentant de travailler dans la dignité et manifester chaque jour justice et miséricorde dans son indigence.

[12] Luc 12 :1 : « Sur ces entrefaites, les gens s'étant rassemblés par milliers, au point de se fouler les uns les autres,

                           Jésus se mit à dire à ses disciples:"Gardez-vous avant tout du levain des Pharisiens, qui est l'hypocrisie ».

[13]  Marc 6 : 30-40 : 30. « De retour près de Jésus, les Apôtres lui rendirent compte de tout ce qu'ils avaient fait

                                             et de tout ce qu'ils avaient enseigné ».

31. « Il leur dit: "Venez, vous autres, à l'écart, dans un lieu désert, et prenez un peu de repos. " Car il y avait tant de personnes

      qui allaient et venaient, que les Apôtres n'avaient pas même le temps de manger ».

32. « Ils s'embarquèrent donc et se retirèrent à l'écart dans un lieu solitaire ».

33.  « On les vit partir, et beaucoup de gens ayant deviné  où ils allaient, de toutes les villes on accourut

          par terre en ce lieu, et on y arriva avant eux ».

34. « Lorsque Jésus débarqua, il vit une grande multitude, et il en eut compassion, parce qu'ils étaient  comme des brebis

         sans pasteur, et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses ».

35. « Comme l'heure était déjà avancée, ses disciples vinrent lui dirent: "Ce lieu est désert et déjà l'heure  est avancée »;

36. « renvoyez-les, afin qu'ils aillent dans les fermes et les villages des environs, pour s'acheter de  quoi manger ».

37. « Il leur répondit: "Donnez-leur vous-mêmes à manger. " Et ils lui dirent: "Irons-nous donc  acheter  pour deux cents deniers

        de pain, afin de leur donner à manger? »

38. « Il leur demanda combien avez-vous de pains? Allez et voyez. S'en étant instruits, ils lui dirent:"

         Cinq pains et deux poissons ».

39. « Alors il leur commanda de les faire tous asseoir, par compagnies, sur l'herbe verte »;

40. « et ils s'assirent par groupes de cent et de cinquante ».

[14] Marc 8 :1-9 : 1. « En ces jours-là, comme il y avait encore une grande foule qui n'avait pas de quoi manger, Jésus  

                                   appela ses disciples et leur dit:

2. « J'ai compassion de ce peuple, car voilà trois jours déjà qu'ils ne me quittent pas, et ils n'ont rien à manger ».

3. « Si je les renvoie dans leur maison sans nourriture, ils tomberont de défaillance en chemin; car plusieurs d'entre eux sont

    venus de loin! »

4. « Ses disciples lui répondirent: "Comment pourrait-on trouver ici, dans un désert, assez de pain pour les rassasier? »

5. « Et il leur demanda: "Combien avez-vous de pains?" Ils dirent: "Sept. »

6. « Alors il fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains, et, après avoir rendu grâces, il les rompit et les donna  à ses disciples

    pour les distribuer; et ils les distribuèrent au peuple ».

7.  « Ils avaient en outre quelques petits poissons; après avoir prononcé une bénédiction, Jésus les fit  aussi distribuer ».

8. « Ils mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta sept corbeilles des morceaux qui restaient ».

9. « Or ceux qui mangèrent étaient environ quatre mille. Ensuite Jésus les renvoya » 

 

[15] Marc 8 :13-20 : 13. « Et les laissant, il remonta dans la barque et passa à l'autre bord ».

14. « Or les disciples avaient oublié de prendre des pains; ils n'en avaient qu'un seul avec eux dans la barque ».

15. « Jésus leur donna cet avertissement: "Gardez-vous avec soin du levain des Pharisiens et du levain d'Hérode ».

16. «  Sur quoi ils faisaient réflexion entre eux, disant: "C'est que nous n'avons pas de pains. »

17.  «  Jésus, connaissant leur pensée, leur dit: "Pourquoi vous entretenez-vous de ce que vous n'avez pas  de pains?

      N'avez-vous encore ni sens ni intelligence? Votre cœur est-il encore aveuglé? »

18. « Avez-vous des yeux pour ne pas voir, des oreilles pour ne pas entendre? Et n'avez-vous point de mémoire? »

19. « Quand j'ai rompu les cinq pains entre les cinq mille hommes, combien avez-vous emporté de corbeilles pleines

         de morceaux? Ils lui dirent: "Douze." »

20. « Et quand j'ai rompu les sept pains entre les quatre mille hommes, combien de paniers pleins de morceaux avez-vous

      emportés?" Ils lui dirent: "Sept." ».

 

[16] Marc 3 :1-6 : 1. « Jésus étant entré une autre fois dans la synagogue, il s'y trouvait un homme qui avait la main  desséchée ».

2. « Et on l'observait pour voir s'il le guérirait le jour du sabbat, afin de pouvoir l'accuser ».

3. « Jésus dit à l'homme qui avait la main desséchée: "Tiens-toi là debout au milieu’’ »;

4. « puis il leur dit: Est-il permis le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver la vie ou de l'ôter? Et ils

    se taisaient ».

5. « Alors, les regardant avec indignation, et contristé de l'aveuglement de leur cœur, il dit à cet homme: "Etends ta main."

    Il l'étendit, et sa main redevint saine ».

6. « Les Pharisiens, étant sortis, allèrent aussitôt s'entendre contre lui avec les Hérodiens, pour tâcher de le perdre ».

 

[17] Math 16 : 5-12 : 5. « les disciples, en passant à l’autre bord, avaient oublié de prendre des pains »

6.  « Jésus leur dit : « Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens »

7. « les disciples raisonnaient en eux-mêmes, et disaient : c’est parce que nous n’avons pas pris de pains »

8. « Jésus, l’ayant connu, dit : pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de peu de foi, sur ce que vous n’avez pas

       pris de pains ? »

9. « Etes-vous encore sans intelligence, et ne vous rappelez-vous plus les cinq pains des cinq mille hommes et combien 

      de paniers vous avez emportés, »

10. « Ni les sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous avez emportées ? »

11. « Comment ne comprenez-vous pas que ce n’est pas au sujet de pains que je vous ai parlé ? gardez-vous du levain

         des pharisiens et des sadducéens »

12. « alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain qu’il avait dit de se garder, mais de l’enseignement

         des pharisiens et des sadducéens ».

 

[18]La permanence de cet esprit : Il importe de bien discerner les aspects /dimension Externes et Internes de cet esprit :

 

   Influence Externe : esprit d’Hérode : domination et asservissement individu, peuple, nation pour enrichir le dominant.

 

   Influence Interne : esprit de Pharisiens, Sadducéens vieil donc la source à pour origine le cœur corrompu de cet

                                     esprit maintient l’homme dans la déchéance morale, le péché. L’homme naturel déchu, ce que

                                     l’Apôtre Paul englobe dans le Viel homme : Rom 6 :6, Eph 4 :22….

 

[19] Potentiel : ensemble des dons, aptitudes, valeurs, vertus enfouirent dans l’homme en l’état latent et qu’il convient

                          de réveiller, d’éveiller, de canaliser et de développer… par une initiation chrétienne.

[20] Forteresses : voir Charte page 5 : le CCC se positionne comme un instrument de « renversement de forteresses

                               de l’homme. Ch’’2 Co 10 :4 ; Jer1 :19 ; Jer 1 :10 ‘’21.

 

[21] . Historique d’Hérode :

 

1. Hérode le Grand, roi de Judée sous le règne duquel naquit Jésus. Il fit tuer les enfants de Bethléem âgés

                     de deux ans et en-dessous (Mathieu 2 :3-18 ) ; il mourut peut après ce massacre (v.19).

2. Hérode Antipas, fils du Précédent : tétrarque de Galilée, il fit décapiter Jean le baptiseur (Marc 6 :17-29).

Il interrogea longuement Jésus qui ne lui répondit rien ; il le revêtit d’un vêtement éclatant, en dérision ; puis il le renvoya à Pilate, avec qui il devint ami ce jour-là, car il était auparavant  en inimitié avec lui (Luc 23 :8-12). Il mourut en 39 ap. J-C.

 

3. Hérode Agrippa I, fils d’Hérode le Grand, neveu du Précédent : roi de Judée (Actes 12). Il mit les mains sur des

chrétiens et fit mourir Jacques, le fils de Zébédée. Il fit aussi prendre pierre et le fit mettre en prison ; mais le Seigneur délivra Pierre de la main d’Hérode. Cet Hérode expira, rongé par les vers  (v.23).

4. Hérode Agrippa II, fils du Précédent (Actes 25 :13). Paul comparut devant lui.   [Source : Petit Dictionnaire NT R. Pigeon].

[22] Soft power : Influence indirecte du comportement d’un individu, d’un peuple, d’une nation ou d’un continent

                              à travers des moyens subtils, non coercitifs.

[23] Pensée unique : voir en introduction

[24] Forteresses : voir Charte page 5 : le CCC se positionne comme un instrument de « renversement de forteresses

                               ennemies » dans la bataille, la guerre pour le contrôle de la pensée, de sentiments et du cœur

                               de l’homme. Ch’’2 Co 10 :4 ; Jer1 :19 ; Jer 1 :10 ‘’21.

 

[25] Voir : Math 8 : 5 et   Marc 8 : 8-15.

[26] Voir : Rom6 : 6 ; Eph4 :22 ; Col 3 :9.

[27] Marc 8 : 17-20 : 17.  « Jésus, connaissant leur pensée, leur dit: "Pourquoi vous entretenez-vous de ce que  vous n'avez

                                            pas de pains? N'avez-vous encore ni sens ni intelligence? Votre cœur est-il encore  aveuglé?

18. Avez-vous des yeux pour ne pas voir, des oreilles pour ne pas entendre? Et n'avez-vous point de mémoire?

19. Quand j'ai rompu les cinq pains entre les cinq mille hommes, combien avez-vous emporté de corbeilles

      pleines de morceaux?" Ils lui dirent: "Douze."—

20. Et quand j'ai rompu les sept pains entre les quatre mille hommes, combien de paniers pleins de morceaux

      avez-vous emportés?" Ils lui dirent: "Sept." »

 

[28] Jn 8 : 28 « Jésus donc leur dit : quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors que connaîtrez ce que je suis,

                         et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné ».

 

[29] Jn 5 : 19-20 : « 19. "En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu'il voit faire

                                             au Père; et tout ce que fait le Père, le Fils aussi le fait pareillement.

20. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu'il fait; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci,

qui vous jetteront dans l'étonnement. »

 

[30] Marc 8 :16-21: « 16. Sur quoi ils faisaient réflexion entre eux, disant: "C'est que nous n'avons pas de pains."

17. Jésus, connaissant leur pensée, leur dit: "Pourquoi vous entretenez-vous de ce que vous n'avez pas de pains? N'avez-vous encore ni sens ni intelligence? Votre cœur est-il encore aveuglé?

18. Avez-vous des yeux pour ne pas voir, des oreilles pour ne pas entendre? Et n'avez-vous point de mémoire?

19. Quand j'ai rompu les cinq pains entre les cinq mille hommes, combien avez-vous emporté de corbeilles pleines

       de morceaux?" Ils lui dirent: "Douze."—

20. Et quand j'ai rompu les sept pains entre les quatre mille hommes, combien de paniers pleins de morceaux avez-vous

       emportés?" Ils lui dirent: "Sept."

21. Il leur dit: "Comment ne comprenez-vous pas encore?" »

 

[31] Jn 8 :29 «  Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable ».

[32] Jn 4 : 34 : « Jésus leur dit : ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son œuvre ».

[33] Légitimité  de Jésus : il a verse son sang et offert son corps en sacrifice propitiatoire pour l’humanité entière.

[34] Enseignements : voir  Charte page 4 je cite « annoncer et enseigner les vertus  de celui qui nous a appelé

                                      des ténèbres à son admirable lumière ‘’cf.1 Pi 2 :9’’12°.

[35] Disciple : personne  en possession de tous ses moyens mentaux, intellectuels, physiques qui s’attache à son Maître

                       afin de mettre en pratique avec foi et obéissance en toutes circonstances les enseignements de ce dernier.

 

[36] Ressource nécessaire : la grâce, la foi, l’appel, l’onction, le Saint d’Esprit, l’humilité et l’obéissance…

[37] Forteresses : voir Charte page 5 : le CCC se positionne comme un instrument de « renversement de forteresses

                               ennemies » dans la bataille, la guerre pour le contrôle de la pensée, de sentiments et du cœur

                               de l’homme. Ch’’2 Co 10 :4 ; Jer1 :19 ; Jer 1 :10 ‘’21.

[38] Rom 8 : 19 « Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu »

[39] Dan 12 : 4 : « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin, plusieurs alors

                             le liront, et la connaissance augmentera ».

[40] Math 13 : 11 : « Jésus leur répondit : parce qu’il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, et que cela ne leur a pas été donné ».

[41] Hb 5 : 12 : « Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez être des Maîtres, vous avez encore besoin qu’on

                           vous  enseigne les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous êtes venus à avoir besoin de lait

                           et non d’une nourriture solide ».

[42] Jn 8 : 28 : Jésus donc leur dit : quant vous aurez élevé le fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et

                      que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que lui est agréable.

[43] Dan 12 : 4 : voir page 17 en bas de page

[44] Jn5 : 19-20 : voir page 13 en bas de page   

[45] Math 13 :11 : voir page 17 bas de page 

[46] Mystère : voir Math 13 :11 voir page 18 bas de page 

[47] Rituels : ensemble séquentiel d’acte, de geste et de symbole accompagné de parole audible ou non exécuté avec

                      une plénitude de foi par des initiés {qui ont préalablement préparés leur corps âme et esprit

                      (propreté, ascèse....)} sur le plan physique, mais qui engendre et orchestre sur le plan invisible, la mise en

                      œuvre en mouvement des forces  spirituels en vue de l’accomplissement d’un but bien définir.

[48] Quelqu’en soit le prix à payer : Parole de BENSON IDAHOSSA en 2012 lors d’une causerie éducative durant sa tournée d’évangélisation au Cameroun avec l’Evangéliste  Américain  ORAL ROBERS.

[49] Corth 5 : 17 : Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées, voici, toutes choses

                               sont devenues nouvelles.

[50] Le Potentiel : ensemble des dons, aptitudes, valeurs, vertus enfouirent dans l’homme en l’état latent

                                et qu’il convient de réveiller, d’éveiller, de canaliser et de développer… par une initiation chrétienne.

[51] Tableau : voir page 1 en introduction

[52] 2Pi 1 : 5-8 :  5 « à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, et à la vertu la  science » ; 6 « à la science la tempétérance, à la tempérance la patience, à la patience la pitié » ; 7 « à la pitié l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité » ; 8 « car si ces choses sont en vous, et y sont avec abondance, elles ne vous laisseront point oisifs ni stériles pour la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ ».

[53] RG1-1 Voir Charte Culturelle Chrétien : page 9

[54] RG 2-2 Voir Charte Culturelle Chrétien : page 9

[55] RG4 Voir Charte Culturelle Chrétien : page 10 

[56]Article PRG1 Voir Charte Culturelle Chrétien : page 10 

[57] PRG2 Voir Charte Culturelle Chrétien : page 10 

[58]Art. PRG3, et PRG4 Voir Charte Culturelle Chrétien : page 10 

[59] Rom 8 : 19 « Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu ».